Centre de la francophonie des AmériquesCentre de la francophonie des Amériques

Joignez la Communauté du site

Le Centre de la francophonie des Amériques désire mettre cette francophonie en mouvement en favorisant les échanges, le partenariat et le développement de réseaux.

Le Centre


Nos coordonnées

2, côte de la Fabrique
Case postale 110, Succ. Haute-Ville
Québec (Québec) CANADA
G1R 4M8
Écrivez-nous

Téléphone : (418) 646-3300
Sans frais : 1 877 646-3322
Télécopieur : (418) 646-3232

L'OIF salue la constance de l'engagement francophone du Québec

12 octobre 2012

Au moment où s'ouvre le Sommet de Kinshasa en République démocratique du Congo, ce vendredi, le Centre de la francophonie des Amériques souligne une récente entrevue donnée, au quotidien montréalais La Presse, par le secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie, Abdou Diouf, vantant la constance de l'engagement francophone du Québec.

Dans cet article signé par Michel Dolbec de la Presse Canadienne, le journaliste québécois basé à Paris souligne que «ce 14e Sommet francophone marquera la première sortie internationale de Pauline Marois. Il sera aussi l'occasion d'une première rencontre entre la nouvelle première ministre et son homologue fédéral Stephen Harper. Mme Marois y verra également le président français François Hollande, qui la recevra par ailleurs à Paris la semaine suivante.

À l'OIF, on tient pour acquis que le retour des souverainistes au pouvoir ne modifiera pas les équilibres au sein de la famille francophone, où le Québec parle de sa propre voix.

«Il y a une constance (québécoise) par rapport à la Francophonie. Je dis toujours que si tout le monde était aussi engagé que le Québec, la Francophonie se porterait beaucoup mieux», a déclaré M. Diouf à La Presse Canadienne.

L'ancien président du Sénégal, qui avait accueilli le troisième Sommet en 1989 à Dakar, a côtoyé plusieurs premiers ministres québécois dans sa longue carrière. Mais comme Bernard Landry a quitté le pouvoir en 2003 quelques mois seulement après sa nomination à titre de secrétaire général, c'est essentiellement avec Jean Charest qu'il a travaillé, à la faveur d'un «compagnonnage extraordinaire».

De la même manière, Abdou Diouf s'attend à entretenir de «très bons rapports» avec Mme Marois, qui a «toujours fait preuve de beaucoup d'engagement en faveur de la Francophonie». Ils se sont d'ailleurs vus en juillet dernier à Montréal, deux mois avant les élections, rappelle-t-on.»