Centre de la Francophonie des Amériques

Haïti

Les francophones en Haïti

Contexte historique

Dans les années 1790, la propagation des idéaux de la Révolution française se traduira, à Saint-Domingue, par la Révolte des esclaves. Les populations noires, menées par Toussaint Louverture, réclamant un statut et des droits analogues à ceux des Blancs et s’opposant ainsi au joug métropolitain. Ceux-ci seront partiellement appuyés par la Grande-Bretagne, l’Espagne et les Blancs royalistes opposés au régime révolutionnaire. Pour calmer le jeu et éviter de perdre sa colonie, la Convention - le gouvernement français révolutionnaire – proclamera l’abolition de l’esclavage en 1794.

Au cours des années suivantes, Toussaint Louverture s’emploiera à refouler les Britanniques et les Espagnols, alors que les Français royalistes seront peu à peu ostracisés. La prise du pouvoir par Napoléon Bonaparte viendra toutefois bouleverser la donne, puisque le général corse se positionnera en faveur de la restauration de l’esclavagisme, de la reconquête d’Haïti et fera assassiner Toussaint Louverture.

Les positions esclavagistes napoléoniennes mèneront vers la guerre d’Indépendance, se soldant par la défaite française à l’issue de la bataille de Vertières.

En 1825, le roi Charles X de France reconnait la jeune république haïtienne contre une indemnité de 150 millions de francs d’or, une dette qui affectera le développement d’Haïti.

Les Lumières ayant inspiré la Révolution française, une forte tradition de francophilie se perpétuera après l’indépendance d’Haïti.

Faits saillants

Depuis les dernières décennies, les stratégies de développement en Haïti placent l’éducation au premier plan. Étant donné la proximité culturelle et historique avec la France et la francophonie, la scolarisation se fait en français et les institutions du pays fonctionnent en créole et en français. Le français est perçu comme un vecteur d’ouverture sur le monde. La proximité linguistique du créole haïtien avec cette langue contribue aussi à renforcer la vitalité du français dans la Perle des Antilles. L’importance des relations bilatérales entre Haïti et le Canada, de même que l’importance de la diaspora haïtienne au Canada et en particulier, à Montréal, contribuent également au renforcement de la culture francophone.

L’ensemble de la population d’Haïti, soit près de 10 000 000 d’habitants, auxquels il convient d’ajouter jusqu’à un million d’Haïtiens aux États-Unis et près de 160 000 au Canada - concentrés à 83 % dans la ville de Montréal – parlent le créole haïtien, à base lexicale française. Le taux de scolarisation primaire, en Haïti, est de 50 % et si la quasi-totalité des Haïtiens ont certaines notions de français, environ 40 %, parlent couramment français. Toutefois, certaines estimations plus conservatrices estiment que seulement 10 % des Haïtiens parleraient le français.

Source : Étude réalisée en 2013 par Étienne Rivard, coordonnateur scientifique, Centre interuniversitaire d'études québécoises (CIEQ), Université Laval.

Le Centre c'est aussi

Constellation Francophone
Réseau des villes francophones et francophiles Amerique
Carnet
Bibliothèque des Amériques
Radio jeunesse des Amériques
3993