Centre de la Francophonie des Amériques

PFJA 2018


Une expérience politique inédite, pour une participation citoyenne accrue

#

1ere édition du Parlement francophone des jeunes des Amériques


Le Centre de la francophonie des Amériques organise, en collaboration avec l'Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), la première édition du Parlement francophone des jeunes des Amériques (PFJA), qui aura lieu du 5 au 10 août 2014 à Toronto.

Pour la centaine de jeunes francophones des Amériques qui prendront part à ce rendez-vous de la jeunesse engagée, ce sera l'occasion de participer à une simulation parlementaire structurée autour de trois volets interdépendants: volet parlementaire, volet média et volet participation citoyenne.

Le PFJA est bien plus qu'une simple simulation parlementaire. Son programme est enrichi de conférences, de tables rondes et d'ateliers, afin de permettre aux participants de se familiariser avec le concept de gouvernance et de se questionner et de réfléchir ensembles sur les grands enjeux de la francophonie dans les Amériques. Le Centre de la francophonie des Amériques est intimement convaincu qu'une meilleure connaissance du travail parlementaire et des enjeux économiques, sociaux et culturels de nos sociétés peuvent contribuer à l'émergence d'une nouvelle génération de leaders dans les Amériques.

C'est dans cette optique que le PFJA entend défendre une approche intégrée, solidaire et novatrice sur le plan social. Le PFJA a comme objectifs :

  • D'offrir aux participants la possibilité de se familiariser avec les multiples facettes du concept de gouvernance de façon à mieux comprendre l'interrelation qui existe entre l'organe politique, la société et les médias;
  • De développer la responsabilité sociale, l'action civique et la solidarité francophone au sein de la jeunesse des Amériques;
  • De susciter chez les participants le désir de s'engager afin de prendre part activement au changement social;
  • De sensibiliser des jeunes leaders des communautés francophones aux enjeux de société des communautés francophones des Amériques;
  • De faire preuve d'innovation dans l'approche, afin de permettre aux participants de vivre une expérience des plus enrichissantes, fidèle aux valeurs du Centre de la francophonie des Amériques.

Le Cabinet

Le cabinet est composé de huit personnalités ayant une forte connaissance de la simulation parlementaire et/ou impliquées en politique.

  • Céleste Godin, Nouvelle-Écosse : présidente
  • Philippe Dubois, Québec : vice-président
  • Gabriel Laurence-Brook, Québec : premier ministre
  • Janaina Nazzari Gomes, Brésil : ministre (parti au pouvoir)
  • Cécile Gagnon, Québec : chef de l'opposition officielle
  • Mandy Migues, Louisiane : porteur de projet de loi (opposition officielle)
  • Marc-Gérard Jacquet, Haïti : porteur de projet de loi (2e opposition)
  • Audrey LaBrie, Alberta : chef du 2e parti d'opposition

 

Gabriel Laurence Brook"Le PFJA sera une opportunité en or pour les participants de s'initier au parlementarisme et de tisser des liens avec d'autres jeunes francophones intéressés provenant des quatre coins du continent. En plus de s'exercer à débattre en français sur de nombreux enjeux des plus actuels, les participants auront la chance d'assister à de multiples ateliers et conférences leur permettant d'affiner leur perception de ce en quoi consiste concrètement l'exercice de la gouvernance et d'envisager comment il serait possible d'améliorer les façons de faire de la politique aujourd'hui. Ayant fait l'expérience de multiples simulations parlementaires tant au Québec qu'à l'international, je suis honoré de pouvoir contribuer à rendre cette expérience possible à toute la jeunesse francophone des Amériques. Je suis persuadé que la hauteur du débat d'idées, la profondeur des réflexions et l'émergence de nouvelles amitiés sans frontières laisseront une marque indélébile dans l'esprit des participants de cette première simulation parlementaire francophone pan continentale." - Gabriel Laurence-Brook, Québec, premier ministre du Parlement francophone des jeunes des Amériques

Comité consultatif

Le comité consultatif est composé de six personnalités choisies en fonction de leur cheminement personnel, de leur implication communautaire et/ou de leur connaissance du milieu de la simulation parlementaire. Il est composé de: Céleste Godin (Nouvelle-Écosse), Marvin Jno-Baptiste (Guadeloupe), Jean-Marc Lalonde (Ontario), Mandy Migues (Louisiane), Valéry Moise (Haïti) et Rhéal Poirier (Alberta). Le comité est appelé à se pencher sur les grandes orientations du PFJA.

Mentorat

Dans le cadre du PFJA, le Centre encourage les participants sélectionnés à identifier dans leur communauté une personne qui agira à titre de mentor avec qui ils pourront discuter de leur participation à la simulation parlementaire. Cela permettra aux participants d'échanger avec des acteurs engagés et expérimentés ainsi que de se créer un réseau de contacts au sein de leur communauté.

*Un mentor est une personne qui accepte de s'engager à suivre et à accompagner le participant dans sa démarche d'apprentissage en lien avec le PFJA.

Consultez le dépliant


Les participants

Consulter la liste des participants de la 1ere édition du PFJA


Programme

Pendant une semaine, en plus de prendre part à une simulation parlementaire, les participants pourront assister à des conférences et à des tables rondes, participer à des ateliers, rencontrer des parlementaires professionnels ainsi que des acteurs francophones engagés dans les Amériques.

Les participants au volet parlementaire travailleront en commissions et étudieront trois projets de loi différents. Ces projets de loi, qui auront préalablement été rédigés par les trois ministres, seront débattus et votés en Chambre au terme de la simulation parlementaire. Les thèmes retenus pour la première édition du Parlement francophone des jeunes des Amériques (PFJA) sont la cyberdémocratie directe, le contrôle des armes à feu et l’unilinguisme dans les Amériques.

Programme en PDF

Documents de travail et de préparation


Communauté d'accueil

Toronto

La ville de Toronto est constituée de plus de 100 quartiers différents. Le Grand Toronto est une agglomération urbaine multiculturelle moderne.

  • 45 % de la population de Toronto fait partie d'une minorité visible
  • 49 % des habitants de Toronto sont nés à l'extérieur du Canada

Avion

La ville de Toronto est desservie par deux aéroports : l'aéroport international Pearson, situé à 25 km du centre-ville, et par l'aéroport Billy Bishop, situé à 2,5 km du centre-ville.

Organisme culturelle et communautaire francophone en Ontario

La vie culturelle et communautaire francophone en Ontario est forte et vigoureuse. Tout un réseau de centres culturels, de maisons de la culture, de centres scolaires communautaires et d’associations francophones, soutenu le plus souvent par de nombreux bénévoles, est solidement ancré dans la communauté.

La culture en Ontario français, c’est :

  • Neuf troupes de théâtre professionnel et sept troupes de théâtre communautaire;
  • Huit maisons d’édition;
  • Des centres culturels;
  • Des salons du livre à Toronto et à Sudbury;
  • De nombreux festivals;
  • Des artistes de talent;
  • Plusieurs galeries d’art.

Voici quelques-uns des principaux organismes communautaires francophones actifs en Ontario:

Consulter la liste complète des organismes communautaires francophones

Histoire de la présence française en Ontario

La présence française en Ontario remonte à presque 400 ans. Les français ont été les premiers explorateurs de la province et ont établi les premières colonies de peuplement. L'histoire de la présence française en Ontario débute avec les explorations du jeune Étienne Brulé en 1610 et l'établissement de la première mission jésuite à Sainte-Marie-aux-Pays-des-Hurons en 1639. Les français sont les premiers européens à révéler les ressources naturelles et économiques du territoire qui deviendra l'Ontario, et à nouer des alliances avec les autochtones.

Cependant, à la suite de guerres avec les iroquois et les britanniques, les positions françaises s'affaiblissent et la France cède à l'Empire britannique toutes ses colonies d'Amérique du Nord avec le traité de Paris de 1763. Sous le régime britannique, les francophones participent au développement économique et social du Haut-Canada et gagnent en autonomie. Grâce aux efforts des communautés religieuses, les premières institutions d'enseignement en français apparaissent.

Après la Confédération canadienne de 1867, l'Ontario vit une période d'immigration et de prospérité due à l'industrialisation et la construction des chemins de fer. La colonisation canadienne française suit d'ailleurs le tracé des voies ferrées. A cette époque, les divisions internes se multiplient entre les canadiens-anglais, prônant l'assimilation, et les canadiens français, réclamant l'accès à un statut d'égalité. Les chefs de file canadiens-français exigent la reconnaissance de leurs droits religieux et scolaires.

Entre 1910 et 1960, les francophones de l'Ontario mettent sur pied de nombreuses organisations pour défendre leurs droits et promouvoir leur culture. Ces années voient notamment la création de l'Association canadienne-française d'éducation de l'Ontario (ACFÉO), de la première caisse populaire francophone et du quotidien Le Droit.

Depuis la naissance du mouvement du projet des Monuments de la francophonie en 2005, l'Ontario compte désormais 14 monuments, situés principalement dans l'Est ontarien.

Source: Office des affaires francophones de l’Ontario

En savoir plus sur la francophonie ontarienne

Médias francophones

Des journaux francophones sont publiés dans plusieurs villes ontariennes. L’Association de la presse francophone (APF), un réseau de journaux francophones en situation minoritaire publiés au Canada, regroupe un grand nombre de ces journaux, notamment L’Action de London-Sarnia, L’Express d’Ottawa, Le Voyageur de Sudbury et Le Rempart de Windsor.

Plusieurs journaux francophones sont publiés dans la Grande région de Toronto:

  • Le Métropolitain;
  • L'Express de Toronto;
  • La Tribune de Toronto;
  • Protem: Le journal bilingue du Collège universitaire Glendon.

Des stations de radio francophones sont présentes dans plusieurs municipalités ontariennes: Ottawa, Toronto, Sudbury, Windsor, Penetanguishene, Hearst, Timmins, Cornwall, London, etc.

A Toronto, plusieurs stations de radio diffusent en français :

  • Radio-Canada – Toronto CJBC;
  • CHOQ-FM 105,1;
  • CHRY-FM 105,5 : La radio de l'Université York;
  • Radio Glendon (CKRG-FM) 89,9;
  • Les radios communautaires.

L’Ontario compte également un certain nombre de chaînes de télévision francophones. Outre TFO, on retrouve les multiples antennes francophones de Radio-Canada en Ontario, la Télévision Rogers et la Télévision communautaire de Rockland.

 

Le Centre c'est aussi

Espace Membre
Constellation Francophone
Réseau des villes francophones et francophiles Amerique
Bibliothèque des Amériques
392