Centre de la Francophonie des Amériques

Les Rendez-vous littéraires


Promouvoir la littérature francophone des Amériques et favoriser les échanges entre les auteurs des Amériques et les communautés étudiantes francophones.

#

Voici les œuvres proposées pour 2018-2019


Découvrez des auteurs des Amériques

Le Centre est fier de vous présenter les œuvres littéraires de 21 auteurs francophones provenant de la Colombie-Britannique, de la Nouvelle-Écosse, de l’Ontario, du Québec et de la Saskatchewan.

Vivez une expérience inoubliable avec vos étudiants de niveau postsecondaire et universitaire. Découvrez les conditions et modalités, et choisissez deux œuvres parmi les choix ci-dessous. Inscrivez-vous dès maintenant! .
Date limite pour soumettre votre candidature: La date limite est prolongée jusqu’au 7 décembre 2018.

 

Salah El Khalfa BeddiariAlexandre BelliardMarie-Christine BernardEstelle BonettoDavid BouchetStéfanie ClermontJean-Philippe ChabotSuzanne F. CharronDavid CheramieAlina DumitrescuCharles-Étienne FerlandLyne GareauChantale GingrasJean-Louis GrosmaireMartine JacquotClaude La CharitéLaurence Leduc-PrimeauCaroline LegouixJuliana Léveillé-TrudelAurélie ReschCatherine Voyer-Léger

Salah El Khalfa Beddiari

Œuvre : Adel, l'apprenti migrateur

Genre : Roman

Résumé : Arabe et musulman, Adel s’installe au Québec. Enthousiaste, ouvert et amoureux, il désire faire sa place dans la société malgré les nombreux obstacles rencontrés. La philosophie et la poésie l’accompagnent dans sa quête. Comment devient-on citoyen ? Doit-on effacer les traces de son parcours ? L’amour sauvera-t-il Adel?

Thèmes : Canadiens d'origine arabe, immigrants, intégration, identité, quête, Canada

Biographie de Salah El Khalfa Beddiari

Salah El Khalfa Beddiari
Provenance :
Québec

Écrivain, poète néo-Québécois et néo-Canadien d’origine algérienne, S.E.K Beddiari ex-professeur de sciences physiques, est directeur du Centre Canadien d’Échange linguistique de Montréal, une école de langues spécialisée, qu’il dirige depuis 1998.
Il est membre fondateur en 2001 de « Passerelle », un organisme littéraire qui fait la promotion de la littérature migrante. En 2012, il lance la maison d’Édition Beroaf.
Il a publié de nombreuses œuvres littéraires : La mémoire du soleil en 2000, aux Éditions l’Hexagone; « Chant d’amour pour l’été » (Éditions l’Hexagone, 2001), « Écrire contre le racisme » (un récit collectif édité par Les 400 coups, 2003), « Le Joueur » (Beroaf, 2013), « Adel le Sémite » (Beroaf, 2014), « Adel, l’apprenti migrateur » (Mémoire d’encrier, 2017).
Et plusieurs textes dans des revues spécialisées comme Exit, Moebus, Art Le Sabord.

 

Alexandre Belliard

Œuvre : Légendes d’un peuple

Genre : Poésie

Résumé : Alexandre Belliard présente à travers Légendes d'un peuple des événements, des lieux et des personnages qui marquent l'histoire de la francophonie des Amériques, de sa fondation à aujourd'hui.

Des premiers peuples aux grands explorateurs, de Marie Rollet à Yvon Deschamps, en passant par la déportation acadienne, les rébellions de 1837, les luttes métisses, la ruée vers l'or, la conquête de l'Ouest américain et la Seconde Guerre mondiale, voilà autant de toiles de fond sur lesquelles Alexandre chante et raconte une vaste et inspirante épopée, celle des francophones d'Amérique!

L'édition spéciale regroupant les 55 chansons des tomes I à V (version avec chansons en téléchargement) invite à découvrir une histoire à connaître et surtout à transmettre, pour que la Franco-Amérique demeure une force vive, un trésor précieux pour les générations à venir.

Thèmes : Personnages historiques, francophonie des Amériques

Biographie d'Alexandre Belliard

Alexandre Belliard
Provenance : 
Québec

Alexandre Belliard est né à Montréal, en 1976. Auteur-compositeur-interprète, chroniqueur, conférencier et poète, Alexandre Belliard se consacre depuis 2011 à découvrir et faire découvrir l’histoire et la culture de l’Amérique francophone. À travers son passage dans les écoles, les salles de concert ou des chroniques à saveur historique sur les ondes de Radio-Canada notamment, Alexandre s’efforce d’attiser auprès du plus large public, la fierté identitaire et le désir de mieux connaître cette extraordinaire épopée qu’est l’établissement des francophones en Amérique. Belliard s’est d’abord fait connaître en présentant trois albums folks (Piège à con, Demain… la peur, Des fantômes, des étoiles) et à travers les radios et des centaines de salles de concert entre 1999 et 2016. Il est également l’auteur d’un recueil de poésie paru aux éditions Poètes de Brousse en 2008.

En 2012, Belliard surprend en faisant paraître les deux premiers tomes de ses « Légendes d’un peuple », une série d’albums de chansons consacrés à la francophonie, de la Nouvelle-France à nos jours. Sont parus depuis, cinq tomes sous forme de livres-disques, une bande dessinée, un album Collectif de ses chansons de Légendes d’un peuple. Alexandre souhaite ainsi rendre accessible au plus large public, l’histoire des hommes et des femmes qui ont défendu et fondé la Franco-Amérique.

 

Marie-Christine Bernard

Œuvre : Matisiwin

Genre : Roman

Résumé :« Et puis, ma belle nosim, ma petite-fille, ma Sarah, ma Mikonic, ma Petite-Plume, je te regarde avancer dans ce monde et le prendre à bras-le-corps, et je comprends que tu marches vers ce que nous serons. »

En langue atikamekw, moteskano désigne le chemin parcouru dans les traces des ancêtres. Pour le peuple des Nehirowisiw, c'est un retour vers soi-même pour renouer avec le corps et avec le cœur, la voie qu'empruntera Sarah-Mikonic Ottawa, décidée à faire le trajet à la dernière minute. On la suivra, mais on entendra plutôt la voix de sa kokom, sa grand-mère morte, racontant les histoires entrelacées de toute une lignée de femmes.

Ce roman explore tout de l'identité transmise de femme en femme. Sarah marchera, réfléchira et trébuchera, mais choisira elle-même l'aboutissement de son chemin, celui de matisiwin… vivre.

Thèmes : Identité, histoire, féminisme, autochtone, Québec

Biographie de Marie-Christine Bernard

Marie-Christine Bernard

Provenance : Québec

­« Là où Marie Christine Bernard excelle, c’est dans la sobriété, le non-dit qui contraint le lecteur à combler le silence avec ses propres émotions, avec la douleur de ses cicatrices, avec les souvenirs secrets des blessures de tous ses âges accumulé » — Christiane Laforge

L’auteure enseigne les Lettres au collège d’Alma. Plusieurs fois primés, ses livres sont lus au Canada anglais, aux États-Unis, en Amérique Latine et en Europe. Elle écrit de la poésie, du théâtre, des chansons et des nouvelles en plus de ses romans grand public et jeunesse. Mademoiselle Personne, paru en 2008, lui a valu le prix France-Québec. Son dernier roman, Matisiwin, paru en mars 2015, reçoit un accueil fort enthousiaste du nord au sud et des deux côtés de l’Atlantique. Un prochain roman est prévu pour le printemps 2018. Elle collabore régulièrement avec des artistes en art visuel. On peut également la lire dans les pages du webzine culturel Mauvaise Herbe, entre autres des chroniques de voyages en pays autochtone.

Démarche artistique

  • Explorer le langage. Scruter l’humain, décrire les grandes forces qui le meuvent et l’émeuvent. Et pour cela, raconter des histoires. Toutes sortes d’histoires.
  • L’univers des peuples autochtones et la quête d’identité occupent particulièrement ses réflexions.

 

Estelle Bonetto

Œuvre : À fleur d'âge

Genre : Poésie et photographie ou un recueil de poésie photographique

Résumé : « À fleur d’âge » est une fresque fluide et fragmentée façonnée au gré des vécus, des voyages et des visages. On entre dans l’univers tiraillé des marchés et des boulangeries, on se promène sur la Croisette champêtre des Prairies, on longe les autoroutes à la recherche de carcasses sans vie ou on explore les fluidités du mouvement au rythme du son, du corps, de la performance.

Le recueil est agrémenté de photos de Daniel Paquet.

Thèmes : passage du temps, évolution, maturation,  incarnation

Biographie d'Estelle Bonetto

Estelle Bonetto

Provenance : Saskatchewan

Rédactrice et traductrice professionnelle, adepte des arts en tous genres, Estelle Bonetto explore la fluidité des mots et des mouvements à travers l’écriture et la photographie. Sa démarche s’articule autour de la mise en scène artistique de ses œuvres et de la mise en exergue d’images, de mots, d’idées. En mai 2018, elle publie son premier recueil de poésie photographique, « À fleur d’âge », aux Éditions de la nouvelle plume.

Estelle réside en Saskatchewan depuis bientôt deux décennies. Cette province aux ciels immenses et aux contrastes étonnants a toujours fourni un terreau fertile à son imagination et à sa créativité.

 

David Bouchet

Œuvre : Soleil

Genre : Roman

Résumé :« Soleil », écrit alors que l’auteur vivait lui-même un exil et une tentative d’appropriation d’une nouvelle culture (la culture nord-américaine, québécoise) est un livre à la fois léger et profond, dont la langue française est un des personnages principaux. Entre la France, pays du père, le Sénégal, pays de la mère et le Québec, terre d’accueil, pour le jeune Souleye (Soleil), le lien évident est la langue française. Une langue vivante, malléable, glissante, une langue qui détonne et qui étonne.

Souleye et sa famille arrivent du Sénégal et s’installent à Montréal. Ils veulent « devenir d’ici », ne pas se retourner. Mais tout ne se passe pas comme prévu, et P’pa se retrouve dans le sous-sol de l’appartement, où il se met à creuser un trou. Ou est-ce un puits ? Son esprit semble en transit entre deux continents. Pour Souleye, les questions fusent et les réponses n’ont pas de formes connues. Simplement, il faut reboucher la folie de P’pa. Souleye, que sa nouvelle amie Charlotte a rebaptisé Soleil, réfléchit beaucoup et connaît le langage des yeux. Il pose un regard subtil et ouvert sur l’être humain. Par le récit de ses espoirs et de ses peurs, il nous transporte à travers l’histoire de l’humanité, « une lente histoire de dissolution et de transformation ».

Thèmes : voyage, adoption, perte, terre d’accueil, Sénégal, Montréal, découverte, apprentissage

Biographie de David Bouchet

David Bouchet

Provenance : Québec

David Bouchet (DaoudaToubab) est éditeur, écrivain et scénariste (« La pirogue », 2012, Sélection du Festival de Cannes – Un Certain Regard). Il a passé l’essentiel de sa vie à Dakar et est ancré à Montréal depuis 2010. « Soleil » est son premier roman.

 

Stéfanie Clermont

Œuvre : Le jeu de la musique

Genre : Nouvelles

Résumé : Un garçon se suicide dans un terrain vague d’Hochelaga-Maisonneuve où souvent il passait la journée étendu au soleil et la nuit à faire des feux. Il s’est levé un matin d’août et s’est pendu à un arbre. Des amis lui survivent. Ils portent sa mémoire et continuent à vivre, à lutter, à aimer, confrontant les amours du présent à ceux du souvenir. Ils racontent les erreurs, les amis perdus, les peurs, les quelques victoires et les explosions de révolte.

Il y a les enfances isolées, les hommes violents, la dépression, les années d’humiliation, d’insatisfaction à trop travailler pour trop peu. Il y a les chicanes et les ruptures, entre amis, entre femmes. Mais il y a la vie qui surgit aux endroits les plus inattendus, l’amour encore, la beauté et l’espoir. Et il y a le jeu – le jeu des histoires, le jeu de la musique, et tous ces moments où nous sommes enfin réunis.

Depuis l’enfance dans l’Ontario français jusqu’aux squats punks de Californie, en passant par le Montréal des années 2010 tel que vécu par un groupe d’amis composé de militants, de marginaux, de féministes, d’étudiants et de chômeurs qui rêvent d’écrire, Le jeu de la musique est un appel, une ode à la vie et à l’amitié, adressée à celles et à ceux qui ressentent toute la violence du monde, au point parfois d’avoir envie de mourir.

Thèmes : suicide, violence, jeunesse, cruauté, misère, perte, résilience, rêves, amitié, beauté

Biographie de Stéfanie Clermont

Stéfanie Clermont

Provenance : Québec

Stéfanie Clermont est née à Ottawa en 1988. Elle vit à Montréal. « Le jeu de la musique », paru en 2017 au Quartanier, est son premier livre.

 

 

 

Jean-Philippe Chabot

Œuvre : Le livre de bois

Genre : Roman

Résumé :Il y avait une fois Jacques Côté, bûcheron de métier et malchanceux en général. Une fois Jacques Côté qui rencontre au dehors une bête qu’il a en dedans.

C’est une fois, trois fois peut-être, l’histoire qui se répète d’une histoire qui ne se produit pas. Sous le ciel de l’hiver, une histoire ben terrible où gît un livre de bois.

Thèmes : travailleurs forestiers, couples, chance, accidents, villages au Québec, Canadiens français, malheur

Biographie de Jean-Philippe Chabot

Crédit : Le Quartanier, Kelly Jacob

Jean-Philippe Chabot

Provenance : Québec

Jean-Philippe Chabot est né à Lac-Saint-Charles en 1988. Il a cofondé en 2012 la revue Fermaille, dont il a été tiré une anthologie chez Moult éditions. Il détient une maîtrise en études littéraires de l’UQAM. Son mémoire interroge les dynamiques de transmission et de filiation à partir de la littérature et du folklore québécois. En 2017, il a fait paraître au Noroît un livre de poèmes intitulé «Comment finissent les arbres». Il enseigne la littérature et le français au Cégep de Rimouski. « Le livre de bois » est son premier roman.

 

Suzanne F. Charron

Œuvre : Joe LaFlamme

Genre : Roman

Résumé : Joe LaFlamme (1889-1965) s’est fait connaître dans les années 1920 et 1930 alors qu’il guidait son traîneau tiré par des loups au milieu de foules qui se pressaient de tous côtés, tantôt dans les rues de Sudbury, de Toronto, Montréal, Boston, Chicago et New York (sur Broadway, rien de moins !).

« L’homme aux loups », comme on l’appelait, deviendra plus tard « l’homme aux orignaux ». Celui qui savait communiquer avec les animaux sauvages a vécu 30 ans à Gogama, petit village du Nord de l’Ontario. Personnage haut en couleur, show man qui aimait impressionner, il aura été tour à tour dresseur de chiens, puis dompteur de loups, d’orignaux et d’ours. Petit contrebandier d’alcool, il se sera trouvé en cour à plus d’une reprise. Mais l’ancien policier de Montréal avait plus d’un tour dans son sac et il aura défendu, souvent avec succès, sa propre cause devant les tribunaux.

Suzanne F. Charron, au terme d’une recherche exhaustive, a pu reconstituer la vie fascinante de ce personnage extraordinaire. La biographie qui lui est consacrée comprend plus d’une quarantaine de photographies.

Thèmes : aventure, courage, défi, nature, ascension, animal, Ontario, danger, risque

Biographie de Suzanne F. Charron

Suzanne F. Charron

Provenance : Ontario

Suzanne F. Charron a œuvré plus de 15 ans dans le domaine des communications en plus de travailler dans l’enseignement, l’administration et le journalisme. Originaire de Sturgeon Falls, dans le Nord de l’Ontario, elle a obtenu son baccalauréat en sciences du langage de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM).

 

David Cheramie

Œuvre : L'allée du souvenir

Genre : Poésie

Résumé :David Cheramie nous invite à faire le tour de son jardin secret en revisitant les lieux et les histoires de son enfance au Canal Yankee, son visage natal. Écrits dans un français universel émaillé d’acadianismes propres à la Louisiane, ces poèmes évocateurs et tendrement nostalgiques font découvrir un univers méconnu qui mérite d’être partagé. « L’allée du souvenir » est le 6e titre de la Collection Acadie tropicale dirigée par la poète néo-écossaise Georgette LeBlanc.

Thèmes : souvenirs, enfance, passages, Louisiane, terroir, rêve

Biographie de David Cheramie

David Cheramie

Provenance : Louisiane

David Cheramie est né à la Nouvelle-Orléans en 1959. Il a grandi sur le bayou Lafourche, entouré du français cadien que ses parents ne lui ont pas appris. C’est au cours des années 1980, pendant un long séjour en France, qu’il a pris sa revanche en débarrant la porte de son identité francophone.

De retour en Louisiane, il est devenu le directeur du Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL), poste qu’il occupe encore aujourd’hui. Il est un spécialiste des cultures cajun et créole et est reconnu pour son implication dans la revitalisation de la langue et de la culture françaises en Louisiane. En 2004, il a été nommé Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres par le gouvernement français.

 

 Alina DUMITRESCU

Œuvre : Le cimetière des abeilles

Genre : Roman

Résumé :Dans son village de la République socialiste de Roumanie, une petite fille recueille soigneusement les cadavres d’insectes. Les ruches qui cernent la maison rebutent les agents de la police secrète, qui espacent leurs visites.

Ici, la France est le haut lieu de la culture, le grand rêve. La petite fille apprend l’écriture, le piano, mais aussi comment départager les étrangers des compatriotes à la plage, économiser le sucre et le café.

Jeune adulte, elle émigre avec son fils à Montréal, où son accent détonne, où les fruits mûrs sont remplacés par les céréales colorées du supermarché, et où il faut, encore une fois, tâcher de retrouver l’ordre du monde. Enterrer pour de bon le cortège d’abeilles de l’enfance.

Dans une langue inventive et poétique, Alina Dumitrescu raconte la difficulté d’habiter à la fois un lieu réel et un lieu rêvé.

Thèmes : Immigration, intégration, adaptation, interculturalité

Biographie de Alina Dumitrescu

Alina DUMITRESCU

Provenance : Québec

Alina Dumitrescu est née en Roumanie. Elle a étudié la psychologie, la criminologie et les relations interculturelles à l’Université de Montréal. Elle a publié des textes dans différentes revues. « Le cimetière des abeilles » (Triptyque) qui est son premier roman reçoit en 2018 le Prix de la diversité Metropolis Bleu/Conseil des arts de Montréal.

 

 

Charles-Étienne Ferland

Œuvre : Dévorés

Genre : Roman

Résumé : Les réserves alimentaires et les cultures agricoles mondiales sont ravagées par une nouvelle espèce d'insecte qui opère jusqu'à ce qu'il ne reste presque plus rien à manger. Alors, elle se tourne vers une nouvelle proie : l'être humain. Quiconque se risque à l'extérieur lorsqu'il fait clair est voué à un destin funeste.
L'enfer sur terre : vie misérable, chaos, désolation sont le lot des survivants ; qui plus est, ils se battent entre eux. Il existe un espoir : une île sur le lac Ontario pourrait avoir échappé au désastre. Il faudrait bien s'y rendre, mais les risques sont énormes.

Thèmes : étudiants, identité, futur, invasions d'insectes, habiletés de survie, incertitude, relations interpersonnelles

Biographie de Charles-Étienne Ferland

Charles-Étienne Ferland

Provenance : Ontario

Auteur du roman « Dévorés » (Éditions L’Interligne, 2018), Charles-Étienne Ferland est candidat à la maîtrise en entomologie à l’Université de Guelph en Ontario et directeur des opérations chez Luna ID Inc., une jeune entreprise qui conçoit des applications mobiles utilisant les technologies d’apprentissage automatique pour identifier les insectes. Outre les insectes et l’écriture, il s’intéresse au piano et au dessin.

 

Lyne Gareau

Œuvre : La Librairie des Insomniaques

Genre : Roman

Résumé : Ce roman poétique conte l’histoire d’Alex, ermite urbain. Par une nuit d’insomnie, il découvre une étrange librairie où il fera la rencontre de plusieurs personnages originaux qui s’interrogent sur les motivations qui ont poussé Alex à abandonner sa vie d’homme en société.

Thèmes : environnement, amour, quête, identité, solitude, succès

 

Biographie de Lyne Gareau

Lyne Gareau

Provenance : Colombie-Britannique

Originaire du Québec, Lyne Gareau habite en Colombie-Britannique, où elle partage son temps entre l’île de Saturna et Vancouver, entre la forêt humide, la mer et la cité. Elle a enseigné le français à tous les niveaux, de la première année du primaire à l’université. Après avoir dédié sa passion pour la langue, les mots et la culture à la préparation de ses cours, elle a choisi de quitter le monde académique pour se consacrer à l’écriture. Depuis, elle a fait paraître des textes dans les revues Virages et Moebius, et a publié dans BREF, un recueil regroupant des nouvelles de 62 auteurs de la francophonie. Un livre jeunesse, Isalou, est prévu pour 2018 aux Éditions des Plaines. Elle travaille actuellement à la rédaction d’une autofiction intitulée Où on se trouve. Son premier roman, La Librairie des Insomniaques, est paru en décembre 2017 aux Éditions du Blé. Il relate l’histoire d’Alex, ermite urbain. Pourquoi a-t-il choisi de vivre reclus ? C’est le mystère auquel vous convie ce roman.

 

Chantale Gingras

Œuvre : La vie est brève

Genre : Nouvelles

Résumé : La vie est brève offre 265 fragments d’humanité en 140 caractères maximum. C’est bref. C’est percutant. Comme la vie.

Thèmes : rencontres, amours, déceptions, accident, vie, rêves

 

 

 

 

 

 

Biographie de Chantale Gingras

Chantale Gingras

Provenance : Québec

Chantale Gingras vit à Québec et un peu dans sa tête. Elle est professeure de littérature au cégep de Sainte-Foy. Dans ses années universitaires, elle a été chargée de cours aux départements de linguistique et de littérature à l’Université Laval. Elle a eu le bonheur de travailler presque une décennie au Trésor de la langue française au Québec, un centre de recherche universitaire dédié à la rédaction d’un dictionnaire historique du français québécois. À son cursus s’ajoute une autre décennie de travail au sein de la revue « Québec français », d’abord comme collaboratrice et chroniqueure « Cinéma », puis comme co-rédactrice en chef de la section « Littérature ».

Passionnée de littérature, elle lit et écrit parce qu’elle veut vivre mille vies, pas une de moins. Après avoir publié de nombreux textes portant sur la littérature et le cinéma, et un essai sur le pionnier de la critique culturelle journalistique («Victor Barbeau : un réseau d’influence littéraires », L’Hexagone, 2001), elle plonge dans la fiction et s’y noie avec bonheur. Elle compte à ce jour un recueil d’historiettes en 140 caractères (twittérature), intitulé « La vie est brève » (L’Instant même, 2016), et un roman, « La face cachée des cailloux » (L’instant même, 2018). Elle travaille actuellement à trois projets : un roman, un recueil de haïkus et un recueil de nouvelles « longues ». On peut difficilement dire qu’elle s’ennuie.

 

Jean-Louis Grosmaire

Œuvre : Tout le monde vous aime, monsieur Salim

Genre : Roman

Résumé : Monsieur Salim habite malgré lui dans une résidence pour personnes âgées de la banlieue parisienne. Il s’en évade en composant dans sa tête le Livre invisible qui raconte sa vie depuis son adoption au Maroc par un couple français.
Un jour, il rencontre le jeune Hassan qui  risque de basculer dans la délinquance...
Peut-être que, comme Hassan et Julie,  jeune étudiante en médecine, à votre tour  direz-vous : «Tout le monde vous aime,  monsieur Salim! »

Thèmes : vieillesse, écriture, Canada, Maroc, souvenirs, immigration, adoption, identité, interculturel

 

Biographie de Jean-Louis Grosmaire

Jean-Louis Grosmaire

Provenance : Québec

Écrivain-géographe, Docteur en géographie, Jean-Louis Grosmaire a enseigné la  géographie dans différents pays et surtout au Collège de l’Outaouais (Québec). Il est  passionné de voyages, de la faune et de la flore.

 

Martine Jacquot

Œuvre : Les oiseaux de nuit finissent aussi par s’endormir

Genre : Roman

Résumé : En transit à Paris après un séjour à Moscou, Ève, interprète de métier, est bloquée à l’aéroport en raison du mauvais temps. Juste avant d’embarquer pour Ottawa, elle croit entendre aux nouvelles télévisées le nom d’une personne qui a jadis eu un impact déterminant dans sa vie et qui réveille en elle des souvenirs enfouis depuis plusieurs décennies. Que sont devenus Charles et tous ceux qui, sans le vouloir sans doute, l’avaient poussée à partir précipitamment de chez elle ?
Errant de ville en ville (Tanger, Montréal, Prague), tel un oiseau migrateur qui n’arrive jamais à se fixer, Ève a le curieux sentiment d’être partout de passage. Petit à petit, grâce à l’influence réconfortante de sa grande complice Dacha, de ses amis Maxime et Julien, puis de Charles, elle parvient à se réconcilier avec sa propre histoire.
Un roman impressionniste, tout en nuances, sur le destin peu commun d’une femme en quête de l’essentiel.

Thèmes : quête, voyages, errance, souvenirs, introspection, amitié, amour

Biographie de Martine Jacquot

Martine Jacquot

Provenance : Nouvelle-Écosse

Martine L. Jacquot, écrivaine à temps plein, a publié une vingtaine de livres (poésie, nouvelles, romans, romans jeunesse, essais), signe des articles de journaux et elle a été finaliste ou lauréate de plusieurs prix littéraires (double finaliste du Prix France-Acadie 2006, finaliste du Prix des lecteurs Radio-Canada 2008, Prix Littéraire Européen de l’Association des écrivains de langue française – ADELF – 2007). Elle participe régulièrement à des événements littéraires et voyage pour partager ses œuvres. En 2008, elle parcourt la Russie (où on la traduit) et le Cameroun. Elle a également été invitée au Maroc, en Roumanie et en Inde.

 

Claude La Charité

Œuvre : La pharmacie à livres et autres remèdes contre l'oubli

Genre : Nouvelles

Résumé : « J’ai une maladie : je suis bibliomane. J’aime les livres, je les collectionne, en particulier les livres anciens. Mais ça, c’est tout juste de la bibliophilie et ce n’est pas une maladie. Non, ma maladie, c’est une forme rare de fétichisme dont l’objet est le livre. Je vis entouré de livres. C’est ma protection, ma cotte de mailles, ma zone tampon, mon no man’s land. » La confession du bibliomane pourrait se doubler de celle du futur père dressant un barrage de livres contre l’angoisse qui l’assaille lorsque la grossesse de sa compagne se complique et citant Montaigne : « C’est la meilleure munition que j’aie trouvée à cet humain voyage. » Une citation dont pourrait se draper l’enfant, étranger à son milieu, qui se gavera de mots à en devenir poète.
Les douze nouvelles ici réunies ne dépeignent pas seulement la vie dans l’arrière-pays ni les velléités d’écrivain d’un professeur de lettres à la vie amoureuse qui va cahin-caha. L’ensemble contribue à forger l’univers de l’auteur, entre une photo d’échographie d’enfant mort-né dans sa boîte de bois grinçante, la mémoire du corps qui se souvient de sa naissance douloureuse, la somme de toutes les blessures d’amour-propre qui donnent consistance à ce que nous sommes, ou l’envoûtement des lieux qui nous habitent plus que nous les habitons.

Claude La Charité propose ici une forme d’autofiction mâtinée d’humanisme et dévoile quelques pans de sa mythologie personnelle.

Thèmes : amours, mort, espoir, songes, désenchantement, lecture, littérature

Biographie de Claude La Charité

Claude La Charité

Provenance : Québec

Claude La Charité a une double personnalité. Le jour, il est Dr Jekyll, professeur au Département des lettres et humanités à l’Université du Québec à Rimouski, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire littéraire et patrimoine imprimé, directeur du Centre interuniversitaire de recherche sur la première modernité XVIe-XVIIIe siècles et membre de la Société royale du Canada. La nuit, il se transforme en Mr Hyde et se livre aux plaisirs équivoques de la fiction. C’est ainsi qu’il a écrit un premier recueil de nouvelles, « La pharmacie à livres et autres remèdes contre l’oubli » publié en 2015 à L’instant même. Selon Michel Lord, « par-dessus tout, c’est la sensibilité, l’intelligence, le sens critique et l’humour noir qui éblouissent au-delà des espérances pour une œuvre de fiction inaugurale » (Lettres québécoises, été 2016, no 62, p. 38).

 

Laurence Leduc-Primeau

Œuvre : À la fin ils ont dit à tout le monde d'aller se rhabiller

Genre : Micro-récrit

Résumé : Du toit, j’aperçois des bateaux dans le port, des gratte-ciel, des colonnes de voitures empêtrées. Mais je ne vois pas les fourmis ni les enfants qui pleurent. Il faut que je me contente d’imaginer qu’il y a plus d’aimés qui se retrouvent que de veuves obèses qui se coupent les doigts par distraction.

Il y a beaucoup de choses qu’on dit, dans la vie, qui ne s’avèrent pas vraies.

À la fin ils ont dit à tout le monde d’aller se rhabiller est un récit d’errance, oscillant entre la vacuité maussade de l’existence et sa beauté incongrue, surgie de nulle part au détour d’une rue inventée d’Amérique du Sud.

Thèmes : recherche, intimité, identité, Amérique du Sud, langues, découvertes, déceptions

Biographie de Laurence Leduc-Primeau

Laurence Leduc-Primeau

Provenance : Québec

Laurence Leduc-Primeau est née et a grandi à Montréal. Elle s’intéresse à l’intime et aux craques dans le réel, ces interstices d’où, parfois, survient la magie. Son écriture oscille entre fiction, récit et poésie en prose. Elle puise dans le vécu pour en garder la puissance évocatrice, quelque part entre noirceur et lumière. Ses textes témoignent d’une fine observation du monde et d’une recherche constante – voire désespérée – de relations. Leduc-Primeau travaille souvent le fragment et l’esquisse, tant par intérêt littéraire que pour jouer avec les attentes du lecteur – refusant la linéarité, les réponses.

Elle détient une maîtrise en sociologie urbaine et a habité en Argentine et au Portugal, d’où elle a ramené des langues et des couleurs. En 2016, elle publie un roman aux Éditions de Ta Mère, « À la fin ils ont dit à tout le monde d’aller se rhabiller » et, en 2018, un recueil de microrécits, « Zoologies », à La Peuplade. Elle a également publié des nouvelles et travaille présentement sur un texte qu’elle ne saurait encore expliquer ou comprendre, mais qui devrait joindre fractales, mythologie et réflexions sur le quotidien. De l’écriture, elle aime le vertige.

 

Caroline Legouix

Œuvre : Dormir avec les fantômes

Genre : Roman

Résumé :

Océane, une jeune ingénieure française, débarque à Montréal en pleine tempête de neige avec un fantôme dans ses bagages. Sa trajectoire personnelle croise celles de personnages qui vivent une expérience de déracinement. Il y a Lilou, une danseuse unijambiste à l’aube de sa carrière ; il y a aussi Colette, une actrice retraitée qui vit en couple avec son chat ; et un certain Victor, un technicien du son charmant mais horriblement migraineux. Océane tisse avec ces personnages qui lui semblent aussi étranges qu'étrangers des liens indéfectibles et découvre sa voie vers la résilience.  Avec simplicité et sensibilité, Caroline Legouix met en scène ses personnages. Certains étaient apparus une première fois dans son recueil de nouvelles « Visite la nuit ». L'auteure a voulu les faire revivre comme le demandaient ses lecteurs et lectrices. « Dormir avec les fantômes » sans constituer une suite du premier recueil ouvre à ses personnages une voie nouvelle et originale. Ce roman peut être lu indépendamment du recueil de nouvelles « Visite la nuit » (aussi paru aux Éditions de La Grenouillère), comme il peut l'être en continuité.

Thèmes : errance, recherche de l’identité, autre, étranger, solitude, amour, idéal

Biographie de Caroline Legouix

Caroline Legouix

Provenance : Québec

Caroline Legouix vit au Québec, dans les Laurentides. Elle a publié deux livres aux Éditions de la Grenouillère : « Visite la nuit », un recueil de nouvelles paru en 2012 et « Dormir avec les fantômes », un roman paru en 2017 et pour lequel elle a obtenu une Bourse de la relève du Conseil des arts et des lettres du Québec. Certaines de ses nouvelles ont été publiées dans des revues au Québec et en Ontario (Moebius, XYZ, La revue de la nouvelle, Brèves littéraires, Virages) ainsi que dans un manuel d’enseignement du français langue seconde (Éditions CEC). Deux de ses textes ont été primés aux 12e et 14e concours de nouvelles du Lecteur du Val, en France. Caroline Legouix aime partager son intérêt pour l’écriture, que ce soit en écrivant des chroniques sur son blogue littéraire ou en animant des ateliers d’écriture créative.

 

Juliana Léveillé-Trudel

Œuvre : Nirliit

Genre : Roman

Résumé : 

Une jeune femme du Sud qui, comme les oies, fait souvent le voyage jusqu’à Salluit, parle à Eva, son amie du Nord disparue, dont le corps est dans l’eau du fjord et l’esprit, partout. Le Nord est dur – «il y a de l’amour violent entre les murs de ces maisons presque identiques» – et la missionnaire aventurière se demande «comment on fait pour guérir son cœur». Elle s’active, s’occupe des enfants qui peuplent ses journées, donne une voix aux petites filles inuites et raconte aussi à Eva ce qu’il advient de son fils Elijah, parce qu’il y a forcément une continuité, une descendance, après la passion, puis la mort.

Juliana Léveillé-Trudel livre un récit d’amour et d’amitié beau et rude comme la toundra. Nirliit partage la « beauté en forme de coup de poing dans le ventre » qu’exhale le Nord.

Thèmes : Inuit, traditions, Grand Nord, mort, disparition, Québec

Biographie de Juliana Léveillé-Trudel

Juliana Léveillé-Trudel

Provenance : Québec

Juliana Léveillé-­‐Trudel a publié son premier roman, Nirliit, aux éditions LaPeuplade en octobre 2015. Salué par la critique et le public, le livre sera adapté au cinéma par François Delisle et traduit en anglais chez Vehicule Press. Texte largement autobiographique inspiré de son expérience de travail au Nunavik, Nirliit a été finaliste au Grand Prix du livre de Montréal en 2016 et s’est hissé au troisième rang du palmarès québécois du Festival du premier roman de Chambéry en 2015. En mai 2017, Juliana a présenté un spectacle littéraire tiré de son livre à la Maison de la littérature de Québec qui sera également à l’affiche en septembre lors du Festival international de littérature de Montréal. D’abord intéressée par la littérature orale, Juliana Léveillé-­‐Trudel pratique l’écriture dramatique et a fondé le Théâtre de brousse en 2011. Elle y a joué et mis en scène deux de ses textes, soit Partis à l’ouest et La contestation expliquée aux enfants, finaliste pour le prix du texte francophone le plus prometteur de l’édition 2013 du Festival Fringe. Son conte urbain Le Mal des transports a été présenté à La Chapelle en février 2016 dans le cadre du spectacle des Laissés pour compte de Coïncidences Productions.

 

Aurélie Resch

Œuvre : Sous le soleil de midi

Genre : Nouvelles

Résumé : Ce n’est pas comme ça que ça aurait dû se passer. D’habitude, les choses sont différentes. Mais voilà, il y a les bouchons de circulation, la pression familiale, la curiosité ou la guerre, et soudain les événements prennent un tournant inattendu. Et cette chaleur qui pèse et exacerbe toutes les tensions…En dix-huit nouvelles, Aurélie Resch explore les désordres possibles lorsque le soleil, la fièvre ou le feu font sentir leurs effets et obligent les personnages à composer avec des circonstances extrêmes.

Thèmes : imprévus, éléments, nature, catastrophes, déchéance, détresse, lumière, résilience

 

Biographie d'Aurélie Resch

Aurélie Resch

Provenance : Ontario

Écrivaine et journaliste torontoise, Aurélie Resch travaille sur l’exil et la quête identitaire. Voyageuse passionnée, elle est l’auteure d’une dizaine de livres et collabore à divers revues culturelles. Elle anime des ateliers d’écriture dans les écoles, les universités, les salons du livre et les centres culturels. Journaliste pour plusieurs journaux et magazines canadiens, Aurélie Resch réalise aussi des documentaires. Cet éventail de réalisations, à travers lesquelles Aurélie Resch s’efforce de promouvoir la culture française, lui vaut d’être finaliste aux Trophées du Sénat français en 2008.

Son travail d’écrivain a été récompensé en 2002 et 2005 aux prix des lecteurs de Radio Canada et du Salon du livre de Toronto ainsi qu’au Prix Trillium en 2011 et 2012. En 2018, Aurélie Resch remporte le Prix Trillium pour son recueil « Sous le soleil de Midi ». En 2013, son court-métrage « Sodade », présenté à Cannes dans le circuit the Short Fim Corner, a été primé par la Fédération Française de Cinéma et de Vidéo.

En 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017 son travail de journaliste a été récompensé par la North American Travel Journalists Association et par la Travel Media Association of Canada.

 

Catherine Voyer-Léger

Œuvre : Perdre Corps

Genre : Récit

Résumé : Prendre corps n’est pas un livre comme les autres, c’est un livre-corps dans lequel la matière apparaît déprogrammée, morcelée. L’anatomie n’a ni ordre ni norme ; convoquée au moindre instant, elle a un vécu. Entre intimité et mémoire, larmes et désirs, ce projet d’écriture fragmentaire fait la confidence d’une expérience corporelle féminine et contemporaine. Des muscles aux sangs, des engourdissements à la douleur préhistorique qui s’irise, Catherine Voyer-Léger abolit la frontière qui sépare le superficiel du profond. Texte chaleureux, « Prendre corps » invite à devenir l’autre pour être soi, à pleurer et à rire selon chaque humeur, à penser le langage pour mieux panser la chair.

Thèmes : corps,  femme, quête, sexualité, souvenirs, soi, intimité, rêves, sentiments famille

 

Biographie de Catherine Voyer-Léger

Catherine Voyer-Léger

Provenance : Québec

Gabriel Osson est écrivain, poète et artiste-­‐peintre.

Écrivain canadien (franco-­‐ontarien) d’origine haïtienne, Gabriel est né à Port-­‐au-­‐Prince et vit à Toronto en Ontario.

Gabriel a toujours jonglé avec ses différentes passions. Son énergie et son dynamisme sont sans bornes. Spécialiste du rire, et en développement organisationnel il adore enseigner et inspirer les gens. Fort de plusieurs années en gestion et formation du personnel dans de grandes entreprises, Gabriel a travaillé au Collège Boréal avant de se joindre au Ministère de l’Éducation à la Direction des politiques et programmes d’éducation en langue française. Récemment retraité, Gabriel se consacre entièrement à ses passions dont l’écriture et la peinture.

Très impliqué dans la francophonie torontoise, Gabriel siège au conseil d’administration de l’Association des Auteures et Auteurs de l’Ontario Français (AAOF) et du collectif d’artistes ontarien BRAVO-­‐Sud.

Gabriel anime aussi l’émission hebdomadaire Franco Découvertes à la radio francophone de Toronto, CHOQ FM 105.1.

 

Le Centre c'est aussi

Constellation Francophone
Réseau des villes francophones et francophiles Amerique
Carnet
Bibliothèque des Amériques
Radio jeunesse des Amériques
263